VIVRE ET GAGNER AVEC LA VOLATILITE.

La volatilité des marchés ne fait que croître et embellir. Ceci fait le bonheur des uns et le malheur des autres. Comment réagir ?

L’augmentation de volatilité est le signe d’une nervosité des marchés, c'est-à-dire d’un accroissement d’incertitude pour les opérateurs. Ceux-ci sont déchirés entre le désir de profiter des mouvements des marchés et la peur d’être les victimes de ces mêmes mouvements. Ajoutons le fait que certains opérateurs se sont spécialisés dans les mouvements erratiques et confortent une tendance à court terme ou intra-day jusqu’à un point de support où ils jouent le mouvement inverse. Jeu, certes dangereux mais payant pour celui qui a des nerfs et qui n’hésite pas à quitter sa position dès que le marché lui donne tort, en prenant une petite perte.

Comment se protéger et même gagner dans les cas de volatilité forte intra-day ?

Les quelques règles ci-dessous ne sont pas une recette pour faire fortune mais permettent à un opérateur de se protéger et de faire de l’argent.

Il faut d’abord évaluer la volatilité. Pour cela deux méthodes simples : l’utilisation  de l’écartement  des  courbes de Bollinger ou la valeur moyenne des variations intra-day (par exemple sur une semaine) comparée à la valeur des semaines précédentes.  En effet, la variation de la volatilité peut aussi avoir un impact important sur le prix d’actifs  dérivés comme les warrants ou les options.

Nous ne donnerons pas les raisons de la forte volatilité actuelle. La lecture des journaux suffit à l’expliquer et de toute façon cela n’a aucun intérêt pour vous. Ce qui est important est d’évaluer cette volatilité. En effet, vos réactions psychologiques risquent d’être brutales, si vous ne savez pas à quoi vous devez faire front.  Il est pour cela important de regarder la volatilité intra-day de façon à ne pas vous ménager des attaques cardiaques inutiles.

Si vous jouez en Intra-day ( par exemple sur les futures) ou des actions comme Total ou EDF, respectez la règle suivante : jouez dans la tendance de votre horizon de temps confortée par la tendance à horizon de temps supérieur ( 5 à 6 fois votre horizon opérationnel).

Mettez des stops serrés mais sufisants (la recommandation est inverse pour ceux qui jouent à plus long terme comme nous le verrons plus loin). Si le marché ne vous donne pas raison tout de suite, sortez ! Si le marché vous donne raison utilisez les trailing stop (les mouvements sont très rapides).

Etudiez très soigneusement les supports et résistances horaires et journaliers. Comme nous l’avons dit précédemment des opérateurs spécialisés jouent les tendances courtes et utilisent beaucoup les supports et résistances pour retourner leurs positions. Ces supports et résistances sont donnés par les zones de batailles horizontales ainsi que par les moyennes.

Si vous jouez à plus long terme, vous devez élargir vos zones de fluctuation. Cela veut dire que vous devez être prêts à subir des mouvements beaucoup plus grands. Si votre money management vous indique de ne pas le faire, tournez-vous vers des actifs moins volatils. Si psychologiquement vous ne pouvez supporter la perte potentielle, appliquez la même solution.  En effet vous risquez de prendre une mauvaise décision et de voir l’actif repartir dans l’autre sens.

Dans les deux cas, ayez toujours sous les yeux la tendance et les supports et résistances de votre horizon de temps supérieur avant de prendre une décision. Et surtout ne prenez position que sur les supports et resistances après des chandeliers de retournement confortés par un oscillateur.

Posté par Brignone  mobile:0609609129