Ce que j’appelle « folie des marchés » est une situation où le marché prend une vitesse exagérée qui se traduira sou un délai relativement rapide par un retournement plus ou moins prononcé et quelquefois annonciateur d’un véritable retournement de tendance.

La folie des marchés est caractérisée par un emballement qui peut agir sur l’ensemble du marché ou sur un actif déterminé. La folie des marchés se traduit par une hausse de la volatilité.

S’il n’est pas toujours facile de déterminer les raisons pour lesquelles un marché s’emballe (généralement il s’agit d’une nouvelle qui agit comme la goutte qui fait déborder le vase), il faut se dire qu’il existe une période préparatoire à l’emballement. Période préparatoire qui comme son rôle l’indique prépare les esprits à recevoir la nouvelle et à faire agir celle-ci comme un coup de tonnerre dans un ciel serein. L’identification  de ces périodes préparatoires (que certains auteurs appellent carrément des interfaces) est d’une grande importance pour l’opérateur. Mais cela n’est pas suffisant. Il lui est nécessaire de connaître aussi si le marché est dans une situation normale ou anormale. Et finalement il lui faut adapter son propre comportement à l’ensemble de ces situations en adoptant une attitude psychologique ad hoc lui permettant de profiter des situations plutôt que d’en être la victime. Ce sera le thème du séminaire que je ferais avec  Tradingsat le 8 juin et dont l’annonce sera faite sur ce blog et sur le site  http://www.tradingsat.com 

La préparation du marché à un fort mouvement.

Les marchés progressent par un mouvement sinusoïdal imparfait dans une tendance donnée. Ils connaissent de brusques accélérations dans le sens de la tendance et parfois des brusques mouvements à l’inverse de la tendance. Plusieurs outils de l’analyse technique sont disponibles pour identifier les périodes de préparations.  Généralement ces périodes sont des périodes de faible ou très faible volatilité. On les identifie à l’aide des courbes de Bollinger. Celles-ci sont resserrées et plates. Les cours vont d’une bande à l’autre pendant un certain temps. En analyse chartiste on est plus ou moins dans un rectangle. Un resserrement plus prononcé est généralement le signe d’un mouvement qui va débuter. 

Mais comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, il est nécessaire de conforter ces signaux avec d’autres.

Par exemple : Un MACD qui s’est traîné en haut et en bas et qui commence à couper peut indiquer qu’un mouvement se prépare dans le sens de la coupure, mais cela peut durer un certain temps. Il sera utile de s’assurer que par exemple un stochastique coupe aussi et de préférence en même temps (et dans le même sens).

Une autre information précieuse sera donné par le sens d’une moyenne (40 par exemple, la moyenne 20 étant censée être plate). Le mouvement de latéralisation des cours va finir par buter sur la moyenne ou s’en rapprocher. Les cours iront alors très probablement dans le sens de la moyenne.

Le fait d’être sur un support ou sous une résistance va donner aussi de précieuses indications sur le comportement du marché. Si on couple ces éléments avec le sens de la moyenne on obtiendra souvent une bonne évaluation des probabilités de l’évolution du sens des cours dans les périodes ultérieures.

Le graphique d’Eiffage en hebdo illustre bien ces constatations (bandes de Bollinger étroites, moyenne montante proche, indicateurs donnant avec une semaine d’avance et de façon contemporaine un signal d’achat (flèches vertes).

Dans un deuxième article nous continuerons sur les outils qui nous permettent d’approcher la finance comportementale.

EIFFAGE