Sans disposer des modèles mathématiques sophistiqués qui sont utilisés dans les salles des marchés, vous pouvez néanmoins adapter votre jeu en fonction de la volatilité.

En période de volatilité accrue, votre risque global augmente : si vous avez une volatilité de 5% (par exemple 2,5 % de chaque coté de la moyenne à 20 périodes de Bollinger) vous avez sur une position donnée un risque probable de 2,5 % contre votre position  (en supposant que vous l’ayez pris sur la moyenne et en supposant que les bandes de Bollinger ne soient pas en train de se déformer. Si les bandes s’écartent de sorte à représenter 10%, votre risque a doublé.

Dans cet exemple la logique de gestion de risque voudrait que vous réduisiez votre position de moitié pour conserver le même montant de risque. La logique du money management aussi, étant donné que la possibilité de gain a aussi doublé.

Voici pour la théorie. En pratique comment peut ‘on suivre cette règle ?

D’abord il faut pouvoir mesurer la volatilité. Pour ce faire, vous disposez généralement dans vos logiciels d’un indicateur qui s’appelle l’AVT Average True Range.

Le True Range est la valeur la plus élevée d’une de ces trois variables (en valeur absolue) :

-Plus haut du jour –Plus Bas du jour

-Plus haut du Jour – Clôture de la Veille

-Plus bas du jour- Clôture de la Veille

Quand on fait la moyenne des True Range sur une période donnée on obtient l’AVT ou Average True Range. L’AVT est une mesure de la volatilité.

Vos logiciels de trading vous donnent la possibilité d’utiliser cet indicateur, en particulier Pro-real Time.

A partir de cet indicateur, il est possible de bâtir une stratégie de risque. Il est d’abord important de régler l’AVT. Il est souvent donné sur une moyenne de 14 jours. Si on travaille sur une période plus longue il faut veiller à allonger la période (par exemple 20 ou 40 jours). Bien entendu sa sensibilité diminuera. Dans la période actuelle, je vous conseille de conserver 14 jours.

Prenons l’exemple de Air France en données hebdo.

Jusqu’en Octobre 2006 l’AVT se maintient autour de 1. Il commence ensuite à monter pour atteindre 2 en avril 2007. La sagesse consiste à vendre la moitié de sa position. D’autant plus que stochastique et MACD se retournent. Certes on rate un petit peu de plus value, mais on assure ses arrières ! Naturellement on peut décider de liquider toute la position. Mais l’AVT est une mesure de risque et non décision. Il faut pour cela utiliser les autres indicateurs et les chandeliers. Dans le cas d’Air France un beau marteau inversé sur le trimestriel nous incitait à la prudence.

Pour la prise de position, il est aussi bon de vérifier où en est la volatilité afin de pouvoir adapter un niveau de position. Evaluer votre risque potentiel et comparez le avec celui que vous pouvez prendre c'est-à-dire avec la perte potentielle qui ne vous invalidera pas pour rebondir. AIR_FRANCE__KLMhe

  Andréa Brignone