Pour de nombreux boursiers, la gestion des risques se résume à la fixation de stops. On confond ainsi un outil avec la méthodologie. En réalité, la gestion de risque doit prendre en compte de nombreux éléments :

-Le niveau de risque à prendre sur un portefeuille ou sur une ou un ensemble de positions doit être tel qu’en cas de réalisation (c'est-à-dire en cas de perte), celui-ci n’obère pas la possibilité de retrouver sa perte. Expliquons nous. Si votre niveau de risque représente 10 % de votre capital, vous avez une chance de récupérer votre perte. (En réalité cela dépendra du rendement statistique de vos opérations). Si votre niveau de risque est de 50% cela sera plus difficile. Donc la première chose à faire consiste à déterminer votre niveau de risque acceptable.

-Ensuite un niveau de risque dépend aussi de la période de détention des actifs ou de la durée d’une position. Pour donner un exemple, si vous jouez sur un indice et que vous déteniez vos positions pendant dix minutes vous pouvez envisager un niveau de risque de quelques dizaines de points. Si vous tenez votre position sur plusieurs jours, vous serez obligé de passer à la centaine de points.

-Finalement le niveau de risque devra tenir compte de la volatilité d’un actif donné, car ne serait que le bruit du marché, peut vous amener à des réactions émotives ou encore à faire dégager vos stops. Dans un article précédent, j’indiquais qu’une des mesures faciles à faire consiste à regarder les bandes de Bollinger quand elles sont plates, et sur une unité de temps donnée.

Dans une gestion de portefeuille à moyen terme, il sera judicieux d’évaluer l’ensemble de ses positions en utilisant les éléments précédents actif par actif et d’en faire ensuite la somme.

Si le niveau de risque dépasse le niveau acceptable, il faudra se débarrasser des actifs les plus risqués.

Dans cette logique, en cas d’augmentation de la volatilité, il faudra réévaluer ses positions. Naturellement, si les achats ont été effectués au plus bas, la volatilité pourra être alors la mesure des profits possibles et la stratégie consistera à mettre des stops au dessous de la volatilité estimée par exemple avec les bandes de Bollinger. (Ou à l’inverse si il s’agit d’une position à la vente).

En conclusion lors du choix de prise d’une position il faut d’abord raisonner « risque » et seulement ensuite « profit ». Si le niveau de risque est acceptable, on regarde alors le niveau de profit possible. Selon le niveau de risque accepté il faudra alors choisir son ratio gain probable /risque probable. Plus votre niveau de risque acceptable sera grand, plus vous devrez prendre un ratio élevé.