A la suite de l’article précèdent (Vivre et gagner avec la volatilité), quelques petites précisions pour jouer la volatilité.

Faites comme les marins : par vent fort réduisez la voilure. A moins que vous vouliez défoncer votre secteur (en risquant d’exploser aussi votre capital), réduisez la taille de vos ordres. Si le marché est avec vous, vous obtiendriez le même résultat (en monnaie sonnante e trébuchante) avec moins de risque. Dans la mesure où dans votre plan de trading vous voulez obtenir des résultats réguliers, la volatilité vous permettra d’ obtenir de plus grands écarts et de réaliser plus d’opérations avec un risque minoré.

Positionner bien vos stops au-delà de supports et de résistances éprouvés.

Calculez et acceptez vos pertes potentielles possibles. Ne revenez pas sur une décision de sortie mûrement réfléchie.

En période de forte volatilité, il faut passer plus de temps à calculer ses sorties que ses entrées.

N’hésitez pas à cumuler plusieurs confirmations avant d’intervenir.

Observez bien le marché en essayant de comprendre quel est l’état psychologique du marché. Les chandeliers japonais vous y aideront. Analysez ce qui se passe sur votre horizon de temps inférieur, tout en ayant en tête vos autres horizons (le mieux est de les écrire ou d'avoir sous les yeux un graphique papier  balisé avec vos informations) . Ne vous laissez pas prendre au piège de l’horizon inférieur. Votre décision doit tenir compte des trois horizons temporels et comme on le dit dans le Tao de la Bourse et du Trading :

Rappelle-toi que le long a prééminence sur le court.

Si ton objectif est court tu peux regarder le court, mais n'oublie pas le long.

Si ton objectif est lointain regarde d'abord le long.

Mais ne confond jamais le long et le court.

Et surtout :

N’oubliez pas la tendance !